Des artistes

La brûlerie du Café des Artistes est aussi un lieu d’exposition pour de nombreuses œuvres d’art d’artistes gaspésiens. Ces œuvres, ornant la salle à manger, du restaurant ajoutent à l’ambiance.

Nous vous proposons ici une brève présentation des principaux artistes présents au Café des Artistes.

Claude Raby Salaün



Cette artiste peint à l’huile, sur toile ou sur panneau de bois, marouflé de toile. De tendance figurative, Claude Raby Salaün pratique tous les genres, du portrait au paysage. De plus, elle touche à l’onirisme et au surréalisme. C’est avant tout une coloriste à la technique éprouvée dans les rendus de la lumière. C’est également une spécialiste du trompe-l’œil. Elle a posé son chevalet au bord de la mer, pour le calme et l’espace. Le paysage gaspésien est pour elle une source d’inspiration infinie.

Gilles Côté



Gaspésien d’origine, Gilles Côté s’est fait connaître dans le monde pour les majestueux paysages de son coin de pays. Artiste autodidacte, sa recherche de couleur et de formes confère une chaleur et une tendresse à ses toiles. Dans sa recherche d’équilibre, Gilles Côté représente la nature humaine dans son espace quotidien. De plus, il joue à juxtaposer ombres et lumières pour créer une atmosphère enveloppante. Notamment, Gilles Côté est l’auteur de l’image de marque du Café des Artistes; ce visage coloré qui orne tous nos produits.

Zo



Daniel Deslauniers, dit Zo, est un sculpteur sur bois de mer. Installé à Grosses Roches, ce sculpteur récupère le bois rejeté par la mer pour en faire des personnages tirés de légendes. Sa figure de proue, ornant la façade sud du Café, rappelle le monde des marins et navigateurs, tiré de l’histoire même de Gaspé.

Michel Ste-Croix



Natif et résident de Cap-des-Rosiers, Michel Ste-Croix est sculpteur animalier et peintre depuis sa tendre enfance. Il sculpte des mammifères tout autant que des oiseaux, tirant son inspiration dans la nature qui l’entoure. Amant de la nature et du plein air, cet artiste se plait autant dans la forêt que dans son atelier à travailler le bois. De ces œuvres, on retrouve au Café des artistes des baleines, des poissons ainsi qu’un diable surplombant magistralement le torréfacteur, en plein cœur de la salle à manger.

Nadine Bourbonnière



Ses tableaux nous amènent à voyager à travers le monde. Si Nadine Bourbonnière - qui signe ses oeuvres Yod, une lettre hébraïque qui signifie de la main de la création - travaille présentement sur une série appelée «premières nations», chaque fois ses personnages sont captés sur le vif dans leur milieu et dans la spontanéité. «J'aime mettre en scène des peuples de toute la planète, précise-t-elle, en pointant une jeune fille de Kyoto, la ville des geishas. Mais j'ai encore plus de plaisir à faire les costumes, à jouer avec les textures et les textiles.» Aux vêtements de ses personnages, elle ajoute ainsi des papiers, des paillettes, des pétales de fleurs et même des coquillages.

Pierre Bougie


Après s'être éloigné de l'art durant quelques années, Pierre Bougie n'a pu résister à l'appel de ce qui le passionne le plus. D'abord sculpteur, mais aussi peintre et mosaïste, cet artiste autodidacte façonne des images en mosaïque sur du mobilier, des murales et toute une variété d'éléments utilitaires et décoratifs. Il affectionne particulièrement le contraste des couleurs, l'effleurement des formes en relief. Aussi, le grand intérêt de ses réalisations provient de la candeur des images naturalistes et de la qualité d'assemblage du bois ou des métaux qu'il marie aux céramiques choisies pour leurs couleurs harmonieuses et souvent éclatantes. Séduit par les céramiques italiennes, il donne à ce matériau, qu'il marie avec le bois ou le métal, toute une variété de formes inusitées.

Durant plusieurs années, l'artiste multidisciplinaire au talent incroyable a vécu à St-Jean (Île d'Orléans) où il a largement contribué à la création de la galerie d'art Ma p'tite folie. Depuis quelques années déjà, celui qui atteindra bientôt la cinquantaine s'est établi à L'Anse-au-Griffon (Gaspé).

Pierre connaît bien la nature et est sensible à ses mouvements. Il est donc normal que l'idée de représenter des canards, des fleurs et des fruits, des moutons et chiens Bergers (qu'il affectionne particulièrement) lui soit venue bien "naturellement". Que ce soit au rythme de sa fertile imagination ou sous les commandes d'une clientèle de plus en plus grandissante, les dessins et les projets se succèdent sans relâche.

Renée Mao Clavet



Mao est une sculptrice sur pierre imageant des femmes. Au départ, une passion et un talent qui la mènent à suivre une formation académique à l’École de sculpture Bourgault-Legros, Saint-Jean-Port-Joli de 1975 à 1977.

Elle a suivi des formations professionnelles en Application du moulage en art monumental, en sculpture sur pierre, en Modelage-Moulage et en Fonderie d’art avec Gérard Bélanger.

Depuis plus de trente ans, Renée Mao Clavet a expérimenté la sculpture sur le bois, la céramique, la pierre et le bronze. Pour elle, la sculpture n’est pas le but en soi. «C’est un moyen parmi tant d'autres d’aborder la matière et de communiquer avec elle. Travailler avec la matière nous amène à son respect et au respect de soi-même.»

Depuis 1976, elle cumule plusieurs expositions solos et collectives majeures dont la dernière en 2009 « Percé en tête-à-tête » avec Kittie Bruneau, au Musée Le Chafaud de Percé.

Son parcours est aussi meublé de réalisations professionnelles dont la réalisation de sculptures grandeur nature, l’imposante commande de réalisation de 100 sculptures de glace sur le territoire de la Gaspésie «La route des glaces» pour la Traversée de la Gaspésie en ski de fond (TDLG), l’ouverture d’une galerie d’art à Percé «Studio d’art Mao», la réalisation d’une mosaïque de 42 pieds de diamètre en brique, pour la Place Suzanne Guité à Percé et plusieurs autres... Les oeuvres de Renée Mao Clavet conjuguent les rapports du corps et de l'esprit convergeant vers un même idéal de liberté.

Elle travaille le langage du corps, le mouvement, la sensualité des formes et des mouvements du corps. Mao recherche aussi l’expression des visages, comme un reflet de l’âme d’une identité personnelle. Ses sculptures expriment la pensée humaine face à notre époque. Ces sculptures de femmes s’imposent à l’entrée du Café des Artistes tout en infligeant un calme et une sérénité.